les 15 jeunes en formation, sont insérés dans les ateliers de production

Manufactures sénégalaises des arts décoratifs : 15 jeunes artisans renforcent les ateliers de création

 03 Fév 2018

 Culture

 THIES – Des jeunes sénégalais, au nombre de 15 recrutés sur appel à candidature et formés pendant deux ans, ont été intégrés en sein du dispositif des Manufactures sénégalaises des arts décoratifs (Msad). Le but, augmenter la capacité de production et diversifier les produits.

15 jeunes dont 10 hommes et 05 dames ont intégré les ateliers de production des Manufactures sénégalaises des arts décoratifs (Msad). Une cérémonie de prise de fonction a été organisée, jeudi, à leur honneur en présence de leurs parents, amis mais aussi des anciens de la boîte et des membres de Conseil d’administration. En octobre 2015, ces jeunes sénégalais ont été recrutés à la suite d’un appel à candidature avec pour critères : être âgé de 18 à 25 ans, avoir le niveau du Bfem et facultativement, être intéressé par les arts et la culture. Au total, 149 candidats ont eu à se présenter devant un jury et 15 ont été retenus. Ils ont ainsi intégré le Centre de formation aux métiers d’arts des Msad pour y suivre une formation polyvalente de deux années axée sur trois métiers d’arts : la tapisserie, la céramique et le batik ou impression sur tissu. « Cette formation consistait à les doter de techniques nécessaires à la réalisation d’œuvres d’art. Bien que la tapisserie constitue le produit phare des Manufactures sénégalaises, l’objectif, c’est d’aller plus en profondeur vers la diversification des produits. Actuellement, en plus de la tapisserie, nous sommes en train de produire des tapis de sol, des tapis de prière, et avec cette formation, nous aurons des produits dans le domaine de la céramique et du batik », a fait savoir le directeur général des Msad.

« Un service, une tapisserie »
Selon M. Aloyse Diouf, ils sont aujourd’hui en train de vivre les retombées de la promotion qu’ils ont initiée durant le cinquantenaire des Manufactures, mais aussi celles de l’application des directives du président de la République, Macky Sall, c’est à dire « un service, une tapisserie ». « Cette année, nous avons eu à livrer des tapisseries à différents ministères. La Douane a eu aussi à nous commander 11 tapisseries d’entrée. Donc, la directive du président de la République a commencé à produire des résultats. Cela nous a donné l’opportunité de pouvoir former ces jeunes et de les intégrer. Le stock que nous disposons en matière de tapisserie est presque épuisé. Il fallait aller vers une autre production pour avoir un stock plus important », a estimé M. Diouf. A l’en croire, pour certains produits comme les tapis de prière, la demande est même supérieure à l’offre. Il fallait donc renforcer les capacités de production en formant les jeunes pour satisfaire la demande et aussi aller vers la diversification. Comme en matière de techniques d’art, on ne plafonne jamais, au-delà de cette formation, la direction des Manufactures a initié un programme de perfection de deux ans. Les jeunes seront ainsi encadrés dans les ateliers par les formateurs mais aussi par les anciens.

Les nouveaux recrus n’ont pas perdu de vue les défis qui pèsent sur eux. « Nous allons donner le meilleur de nous-même pour que les attentes portées sur nous ne soient pas déçues. Mes camarades et moi sommes conscients de ce qui nous attend », a rassuré Abdoulaye Sarr, le porte-parole du jour.

Ndiol Maka SECK

20190512_110229 20190512_110304 20190512_110541 20190512_110750 20190512_111816 20190512_113324 20190512_115028 20190512_115038 20190512_115051