LES MSAD, un espace de l’industrie créative à valoriser

Thiès : les Manufactures Sénégalaises des Arts Décoratifs de Thiès MSAD, créées depuis 1973, viennent d’amorcer la formation de la relève technique au niveau de ses ateliers .cela, afin de permettre de diversifier les produits en matière de tissage, de tapisserie murale, de batik et céramique.

« Les Manufactures Sénégalaises des Arts Décoratifs (MSAD) constituent un espace de développement de l’industrie créative a indiqué son directeur général, Monsieur Aloyse Ndam DIOUF. Une belle trajectoire qu’il compte, selon lui, suivre «  pour valoriser le potentiel existant qui ne saurait s’arrêter à quelques disciplines artistiques seulement. Mais il s’agit de diversifier davantage nos produits et rendre plus attractif l’institution à caractère et commercial »

C’est dans cette perspective d’ailleurs, souligne M.DIOUF, « que nous lançons un appel aux organismes de  financement pour suivre l’exemple de la fondation Sonatel en se mettant à nos côtés, pour développer ce bel exemple d’entreprise culturel ont le président Senghor disait qu’il s’agit de créer un art nouveau, pour une nouvelle nation… et de réaliser le miracle de la combinaison harmonieuse des connaissances techniques importées et de la culture traditionnelle sentie du dedans  ».

Ainsi, note le Directeur des MSAD, « le mécénat privé devrait davantage se mettre  aux cotés  de l’état du Sénégal pour permettre au secteur de la culture de se développer  davantage. C’est là le mérite de la Fondation Sonatel qui ne ménage aucun effort  pour aider les populations dans les différents secteurs de la vie notamment dans le domaine de la santé, de l’éducation et de la culture  »Ce partenariat entre les MSAD et la Fondation Sonatel ouvre donc de nouvelles perspectives.

Car, en plus des disciplines devant servir de contenu à la formation, l’initiative de renforcer l’atelier de tapisserie  à la place de celle des tapis de sol est lancée. Aussi, le centre de formation a été délocalisé et trois ateliers ont été réhabilités en plus de la réhabilitation d’une dizaine de métiers. Dans ce lot d’équipement, la fondation Sonatel a financé la construction d’un four céramique .Pour dire donc, selon Aloyse DIOUF, « qu’aujourd’hui, nous sommes en phase avec les missions qui ont été à la base  de la déclaration  des MSAD (loi N° 73-61 DU 19 DECEMBRE 1973) à la place de la manufacture  nationale  de tapisserie et que l’exposé des motifs y afférent permet, grâce à un statut juridique suffisamment souple et approprié, d’intégrer d’autres métiers d’arts susceptibles de drainer une bonne partie de la production des artistes sénégalais »

Car, ajoute le directeur des MSAD, les autorités de l’époque ayant constaté que depuis sa création en 1966, la Manufacture nationale de tapisserie connaissait un stade de développement qui , par l’importance et la qualité de sa production , la notoriété acquise en Afrique et en Europe, s’est imposée à l’attention des hommes d’affaires sur le marché international .Ce qui a été à l’origine de la création des MSAD à la place de la Manufacture nationale  et font que les motifs sont toujours d’actualité. D’où l’importance de la convention de partenariat avec la fondation Sonatel qui permettra aux MSAD de développer davantage ses capacités de production et, par ricochet, le développement des capacités financières de l’entreprise pour laquelle nous devons tous nous mobiliser pour la rendre plus attractive », a affirmé Monsieur DIOUF. Il pense d’ailleurs que le président de la République, Monsieur Macky SALL, a montré le chemin de la pérennisation de l’institution  qui fait la fierté du Sénégal à l’étranger  en proclamant la directive présidentielle : « un service, une tapisserie ». Une directive qui reste  encore timide .Mais aussi l’exemple de la Fondation Sonatel est à méditer pour aider cette entreprise à diversifier mais aussi à écouler ses produits à travers la commande publique  », relate-t-il a l’occasion  de la signature de la convention de partenariat avec la fondation sonatel. M.DIOUF a saisi l’occasion pour remercier et féliciter le personnel des MSAD qui n’ a ménagé aucun effort pour accueillir les jeunes apprenants qui constituent la quatrième génération de techniciens insérés au sein de l’entreprise depuis sa création »